Vous ne pouvez pas passer une nouvelle commande depuis votre pays. Undefined

Une fabrication ancestrale...

Evolution d'une technique

Dès la fin du XVIIe siècle, une réglementation stricte de sa fabrication permet au savon d'acquérir l'image d'un produit de grande qualité confectionné à partir d'une émulsion d'huile et de soude. Il n'est alors d'huile que d'olive et la soude n'est encore obtenue que par l'incinération de "plantes à soude" (salicorne et kali), c'est le premier savon de Marseille.

Au cours du XIXe siècle, de nouvelles découvertes dans le domaine de la chimie et l'utilisation des graines oléagineuses permettent d'élaborer un second savon de Marseille. On n'utilise plus de soude naturelle du fait de l'apparition à Marseille dès le début du siècle des premières fabriques de soude suivant le procédé "Leblanc"- une attaque du sel marin par l'acide sulfurique. Ensuite, la soude à l'ammoniaque se substitue à la soude brute selon le procédé "Solvay". Mais l'utilisation de plus en plus répandue de la soude artificielle donne un savon trop dur et brisant lorsqu'il est fabriqué avec de l'huile d'olive pure. Le mélange des huiles s'impose. A partir de 1820, les premiers essais de « trituration » sont effectués avec des grains de lin puis d'autres expériences se font avec de l'huile de palme, de sésame. C'est surtout l'huile d'arachide qui remporte rapidement un vif succès : son huile incolore n'altère pas la couleur et les échanges avec l'Orient facilitent l'approvisionnement en arachide de premier choix. La bonne qualité du savon de Marseille est maintenue.

L'évolution de la fabrication du savon au XIXe siècle permet d'élaborer des produits de grande renommée comme le "savon marbré" à base d'huile de sésame dont la teneur en acide gras est de 60% ou "l'incolore blanc" à 72% à base d'huile de palme et d'arachide.

Ce savon biodégradable, hypoallergénique et surtout pur végétal à su, grâce à ses qualités intrinsèques et ses milles emplois, traverser les époques et faire connaître Marseille dans le monde entier. L'industrie du savon donne naissance à des industries annexes qui participent au développement économique de la ville, la plus importante étant la "stéarinerie", fabrication des bougies à partir de la récupération de la glycérine.


Glossaire de fabrication

Les différentes étapes de la fabrications du savon ne se modifieront que très peu dans le temps. On les retrouve encore aujourd'hui.

  • L 'empâtage des huiles : émulsion de matières grasses avec les lessives alcalines. Mélange porté à ébullition dans d'énormes chaudrons.
  • L 'épinage : retirage à trois reprises des impuretés déposées au fond du chaudron.
  • La liquidation : mise en ébullition durant des heures de la lessive, puis épinage à nouveau et arrosage avec de l eau pure pour précipiter au fond du chaudron les dernières impuretés.
  • Le séchage dans des moules.
  • Le découpage lorsque le savon est encore souple.
  • L 'estampage : nom et marque du fabricant après solidification.

Demandez la liste des ingrédients de nos savons et nos soins


Lettre d'informations

S'inscrire à notre newsletter